En bref:

La prochaine cagnotte aura lieu ce dimanche 5 novembre de 10h30 à 12h30 au Bernardin

 Au lendemain de la cavalcade de 1986, cinq Gilles (Guy Barbier, Charles Henriet, Jean Claude Limage, Michel Valentin et Marc Legrand) issus de la société des Vrais Amis décident de concrétiser leur projet de créer une 2ème société de Gilles à Fleurus.  Ils forment rapidement un comité présidé par Guy Barbier.

Le comité des fêtes de Fleurus trouve l'idée séduisante et apporte son soutien.

Le premier local de la société se situera au café "le "Billard" , situé rue de la station et malheureusement fermé depuis plusieurs années.

Concernant le nom de la société, une réunion est tenue au local entre membres du premier comité et quelques Gilles associés à ce choix important (Pierre Antoine, Jean-Marie Engels, Jean-Marie Frogneux, Serge Maucourant, ...). Après quelques tours de table, les avis convergent autour de ce qui identifie aujourd'hui notre ville. Après diverses propositions , Serge Maucourant lance "Les Sans Pareils". Cette proposition, référence à la marque déposée en 1885 pour "Les Sans Pareils Bernardins Fleurusiens"(délicieux biscuits à base d'amandes et de sucre) fait l'unanimité chez les membres présents.

Un des premiers objectifs est bien évidemment de trouver une batterie et une musique. Par l'intermédiaire de Michel Valentin et de ses solides attaches dans la cité du Gille, des contacts sont pris avec Eric Dupuis, le chef de batterie de la société des Jeunes Indépendants à Binche. De son côté, Guy Barbier se charge des tractations avec Alain Demars, le chef de musique qui joue pour la même société à Binche. Un accord est trouvé entre toutes les parties et c'est ainsi que batterie et musique d'une société de Gilles de Binche joueront à Fleurus. Une première !!!

   Le 11 avril 1986, une première assemblée générale a lieu au local. Amusement et respect des traditions, voilà les maîtres mots du projet qui est présenté et qui constitueront le fil conducteur de la société jusqu'à aujourd'hui. Une cinquantaine de personnes sont présentes et une vingtaine de membres adhèrent immédiatement au projet. Daniel Frère et Claude Desonniaux rejoignent le comité. Les statuts, rédigés par Charles Henriet sur base des statuts de la société des Jeunes indépendants de Binche, sont également lus, commentés et ajustés. Cette version fût ensuite modifiée par notre Président d'honneur Marc Ghigny afin de la rendre conforme à la législation des ASBL en vigueur.Ils seront  publiés au moniteur belge du 9 avril 1987.

  

La batterie d'Eric est auditionnée le dimanche 4 mai 86. Dès les premiers "RA" et "FLA",  les regards épatés se croisent et les sourires envahissent les visages des membres présents. Tout le monde est convaincu que le comité a fait un excellent choix ... Les murs du billard en tremblent encore. Preuve de la pertinence de ce choix, c'est toujours la même batterie qui rythme nos pas et beaucoup de liens d'amitié se sont tissés entre gilles et tamboureurs, batteurs et porteurs.

 Toujours en mai 86, le comité reçoit une invitation pour participer à la braderie de printemps. Il y voit une belle opportunité de faire ses premiers pas sur le pavé fleurusien et de convaincre les derniers sceptiques. La société sort donc le samedi 31 mai 86 à l'occasion de cette braderie en costume de fantaisie. C'est un succès, la batterie et la musique ont impressionné les participants et les spectateurs. Cette sortie constitue à ce jour l'unique sortie en dehors du contexte traditionnel des soumonces et de la Cavalcade.

Janvier 87, la société organise sa première sortie dans le cadre de la Cavalcade et c'est une première à Fleurus, il s'agit d'une soumonce en batterie. Chacun s'adapte rapidement à la nouvelle cadence.

Pâques 1987, le pari un peu fou est gagné, la société se compose alors de 49 membres. Chacun est conscient que tous les regards se tourneront vers nous et qu'il faut être irréprochable. Tout se déroule parfaitement. La société est sur de bons rails. Evidemment, les premiers croisements sont parfois un peu tendus mais avec le temps, le climat s'apaise pour déboucher sur une saine émulation et une franche collaboration entre sociétés.

La première photo de la société prise chez Guy Barbier:

Afin d'assurer le renouveau souhaité par les membres fondateurs, les élections des présidents et des membres du comité se succèdent. Guy Barbier, Charles Henriet et Jean Claude Limage ont été chacun reconduits deux fois au poste de président.

 Le nombre de Gilles augmente pour finalement se stabiliser entre 70 et 80.

De nombreuses activités extra carnavalesques viennent rythmer la vie de la société: soupers dansants, marches, saint Nicolas. Les cagnottes sont très fréquentées et se terminent souvent tard le dimanche et même parfois aux petites heures du lundi.

Les années passent et en 1994, en accord avec le louageur, la société décide d'adopter la collerette avec parement en dentelle pour tous les membres. A cette occasion, une démonstration de bourrage est organisée avec la participation de Marc Watremez, l'un des maîtres bourreurs binchois.

Jusqu'en 1998, le dimanche matin se déroulait en 2 phases: sortie en batterie jusqu'à 10h00 et ensuite sortie en musique. Sur l'insistance de quelques-uns, appelés communément Gilles de "caisse", le comité décide que tout le dimanche matin se déroulera en batterie. Ce choix judicieux est aujourd'hui apprécié de tous, faisant du dimanche matin un des moments les plus incontournables de la cavalcade.

En 1998, quelques membres décident de nous quitter et de fonder la société "Les Bons Vivants".

Depuis 2000, de nombreux jeunes ont rejoint la société et quelques "gamins" apparaissant sur la photo ci-dessus exercent à présent des fonctions importantes au sein du comité.

En 2006, la société fête son 20ème anniversaire.

En 2011, nous changeons de musique et un accord est trouvé avec la musique d'Olivier Roosens qui nous accompagne depuis.

En 2016, nous fêtons notre 30ème anniversaire dans des circonstances très spéciales. En effet, suite aux attentats du 22 mars à Bruxelles, la cavalcade a été partiellement annulée. Seules les sociétés locales ont reçu l'autorisation de sortir. Le cortège du dimanche a été réduit et il n'y a pas eu de feu d'artifice le lundi. Tous les membres ont su se montrer dignes de la confiance qui leur avait été accordée par les autorités communales.

Au fil de toutes ces années, l'ambiance typiquement "Sans Pareils" qui a fait la réputation de notre société n'a jamais fléchi et elle permettra sans aucun doute d'en assurer la pérennité.

 

 

Rejoignez-nous sur facebook

Temps restant avant la prochaine aubade matinale: 160 Jours
Dernière mise à jour: lundi 09 octobre 2017, 09:24.